Lettre à France

« Dans cette syntaxe complexe faite de plusieurs langues et divers langages, le français joue une partition en mode majeur où vous-même – votre culture et votre civilisation, votre art de la guerre et de la paix, votre place de la Concorde rendant hommage à une culture d’ailleurs, vos produits de terroirs, vos vallées, vos rivières et vos montagnes, Cotignac, Ouessant et Corse, la liberté chérie avant toute chose – vous, enfin, vous y êtes plus que mon père ou ma mère patrie, vous êtes, dans la trinité qui me relie, mon esprit patrie. »

« (…) j’ai appris à t’aimer, chère France, à dire et redire toujours je t’aime dans ta langue, même quand celle que j’aime ne me le dit plus. Telle est mon anamnèse à moi, mon répons en langue sacrée et profane, ma part de francité, cher Condor. »


Nelson Vallejo Gomez, in MORIN, Edgar, Singaïny et al., La France une et multiculturelle – Lettres aux citoyens de France (Fayard)

La Pensée complexe selon Edgar Morin

Nelson VALLEJO : Pouvez-vous nous dire ce que vous entendez par pensée complexe, par paradigme de complexité et par boucle dialogique ?

Edgar MORIN : « Je dirais que la pensée complexe est tout d’abord une pensée qui relie. C’est le sens le plus proche du terme complexus (ce qui est tissé ensemble). Cela veut dire que par opposition au mode de penser traditionnel, qui découpe les champs de connaissances en disciplines et les compartimente, la pensée complexe est un mode de reliance. Elle est donc contre l’isolement des objets de connaissance; elle les restitue dans leur contexte et, si possible, dans la globalité dont ils font partie. » In VALLEJO GOMEZ, Nelson, « La pensée complexe : Antidote pour les pensées uniques -Entretien avec Edgar Morin » – Synergies Monde n° 4 – 2008 pp. 249-262


Facebook
Twitter
YOUTUBE
LinkedIn