La sociologie clinique s’est affirmée comme une méthodologie pour individus en quête d’équilibre face aux souffrances que provoquent les conflits provoqués par les appartenances à des filiations diverses. L’hypothèse qui est au cœur de cette méthodologie est proposée ainsi : « L’individu est le produit d’une histoire dont il cherche à devenir le sujet ». Qu’en est-il aujourd’hui, en France et dans le monde, notamment en Amérique Latine, de cette démarche pluridisciplinaire, voire inter et transdisciplinaire ? A la veille de son départ pour l’Argentine et le Chili, où il présentera la traduction et la publication en espagnol de son livre Névrose de classe (Buenos Aires, 2013), nous avons rencontré à Paris l’un des fondateurs de la sociologie clinique, Vincent de Gaulejac, membre fondateur de l'Institut International de Sociologie Clinique.

Lire l'entretien